Castor canadien

Le retour du Castor en Ile de France

Le Castor est de retour en Ile de France ! Après avoir totalement disparu le retour du Castor a été signalé en Ile de France en 2016 par l’OFB (Office Français de la Biodiversité)

Et c'est une sacrée bonne nouvelle ! Si, si...

Le retour du Castor en Ile de France !

Après plus d'un siècle d'absence, le Castor d'Europe est donc de retour ! Les premiers indices de sa présence ont été observés dans le département de l'Essonne. Quelques « trognes » retrouvées, ces troncs rongés par le Castor. Quelques crottes aussi. De petites traces, laissées ici et là, comme un jeu de piste.

Serait-ce bien lui ? Vraiment ?

Le plus gros rongeur d'Europe est de retour ! HE'S BACK !

Les premières traces ont été découvertes en mai 2016 sur les communes de Buno-Bonnevaux, Fontenay le Vicomte et Buthiers en Seine-et-Marne.

Castor dans une rivière

Des associations ont alors été mises en alerte afin de scruter les éventuelles traces du rongeur.

De nombreuses traces ont été retrouvées, sur les berges de la rivière Essonne : troncs coupés ou écorcés. Autant d'indices qui laissent supposer que le Castor européen est bien de retour en Ile de France.

Le Castor s'est déjà réinstallé dans le Loiret à Orléans, et en Indre et Loire, à Tours.

Grâce à cette protection, tardive mais maintenant réelle, sa population est passée d'une centaine d'individus concentrés en Camargue, à environ 20 000 animaux (Est et Centre du pays).

Espérons qu’avec un peu de bienveillance et de compréhension, le Castor redevienne bientôt un habitant commun de nos rivières.

Le Castor est il nuisible ?

Le Castor est accusé de nombreux maux. Le pire étant celui de favoriser les inondations en construisant des barrages sur les cours d'eau. Inondations parfois meurtrières, et qui l’ont désigné à la vindicte public. La rivière a débordé à cause des barrages du Castor ! Il faut le tuer !

Alors, parfois, effectivement ses barrages posent problème. Mais pas toujours. En Angleterre et aux USA des études ont été menées sur ces barrages et les inondations qu’ils pourraient causer. La conclusion n’est pas si évidente que certains voudraient le laisser croire.

A certains endroits il a été constaté que les barrages des Castors empêchaient les inondations. Mais à d’autres endroits, force est de constater que ces barrages sont gênants. Il existe des solutions pour paliers ces problèmes, et et faire coexister au mieux, humains et rongeurs.

Il est accusé aussi de détruire les arbres, et d’abîmer les berges. Et il aura fallut de nombreuses années avant de bien comprendre le mode de fonctionnement du Castor, pas seulement un affreux destructeur !

L'ingénieur des Ecosystèmes

Les Castors sont de très efficaces auxiliaires des forêts et des zones naturelles, contrairement à ce que l'on pourrait croire. Ses barrages créent de petites zones humides, qui sont des lieux de vie pour les insectes et autres animaux dont la vie dépend de la présence de l'eau.

Ce qui parait comme un "véritable" bazar aux yeux des humains, est en réalité un lieu de vie, modelé par le Castor, et utile à tous.

Barrage de castors

Par son activité incessante, il remodèle les berges, construits des fortifications et favorise ainsi les écosystèmes. En créant de nouvelles réserves d'eau, en coupant arbres et branches, le Castor permet à la végétation, et à d'autres animaux de s'installer. Il défriche et créee de nouveaux espaces habitables.

Son utilité, tardivement reconnue, est plus que nécessaire à un moment où les écosystèmes et de nombreux animaux sont en déclin.

Aux Etats Unis, des études ont montré que les endroits habités par des castors résistaient mieux aux incendies et servaient de refuges à de nombreux animaux, leur évitant ainsi de périr dans les incendies.

Depuis 1987, il existe le " Réseau Castor". Ce réseau, géré par l'OFB (Office français de la Biodiversité) a pour but de suivre l’évolution de l’aire de répartition du Castor d’Europe (Castor fiber). Mais il a aussi pour tache de participer à la gestion des conflits avec les activités humaines, et de surveiller l’arrivée potentielle du Castor canadien (Castor canadensis).

Mais bien entendu, il arrive au Castor d'entrer en conflit avec les humains. La cohabitation n'est pas toujours idéale. Dans ce cas, plutôt que de le tuer, mieux vaut faire appel à des spécialistes, qui sauront comment gérer cette situation délicate ! Sans tuer le rongeur et en préservant la propriété concernée.

Depuis 1909, le Castor est un animal totalement protégé en France.

Que mange le Castor ?

Le Castor est un herbivore. Il coupe et écorce des arbres pour se nourrir (feuillage et branche). Et peut manger jusqu'à 2kg par jour de bois, branches et feuillages. Il a un faible pour les bois tendres, comme le saule, mais lui arrive aussi de se nourrir de rhizomes et de quelques herbes, mais plus rarement.

Qui veut la peau du Castor ?

Mais qui veut la peau du Castor ? Ou plutôt qui l’a voulu au point de le faire disparaître de France, et même d’Europe ? Beaucoup de monde !

Accusé de bloquer les cours d'eau, avec ses barrages, et d’être donc responsable d’inondations meurtrières. De détruire des arbres et des plantations. Mais très rentable une fois mort ! Ce pauvre Castor n’a pas rencontré beaucoup de monde pour prendre sa défense. Mais beaucoup de chasseurs pour lui courir après !

Castor canadien

Si ce rongeur était très recherché, ce n'était pas uniquement pour sa peau. Car tout est bon ou utile dans le Castor. Sa peau, sa viande, ses dents, et même son parfum !

Il faut dire qu’avec son 1m20 de longueur, son poids (entre 15 et 35kg) sa queue de 30cm, pour une épaisseur de 8cm, le Castor est une belle bête ! Aussi lourd qu’un chevreuil !

Longtemps chassé, avec des primes distribuées pour chaque animal mort, le Castor a vu sa population chuter jusqu'au néant en Ile de France. Et diminuer très fortement dans toute l'Europe. Le dernier Castor Suisse a été tué en 1804.

Seul persistait la légende. Mais entre le 18ème et le 20eme siècle, plus aucun Castor n'habitait les rives de la Bièvre ou des autres cours d’eau d’Ile de France.

La peau du Castor

La peau du Castor, avec sa fourrure dense (23 000 poils au cm2) et imperméable fait l'objet de toutes les attentions. Ses qualités ont fait de ces peaux un commerce très lucratif. Pour les chasseurs et les commerçants, et très utile pour de nombreux artisans travaillant dans la mode.

  • Pour fabriquer un manteau en peau de Castors, il suffit de coudre plusieurs peaux ensemble. Ces peaux sont grattées, puis traitées avec de la moelle animale avant d'être portés par les chasseurs, puis vendus.
  • Le duvet du Castor, qui reste sur la peau, est retiré puis traité pour obtenir un feutre. C'est ce feutre qui est utilisé par les chapeliers pour fabriquer des chapeaux. Jusqu'aux années 1930, ce feutre est très recherché. Assez cher, ce feutre a été remplacé par la soie.
  • La queue du Castor, traitée et tannée, donne elle aussi un cuir de grande qualité.

Dans les années 1600, en France, le commerce de la fourrure est rentable. Mais il n'y a plus de Castors !

Cela conduisit Richelieu à organiser un commerce de peaux (un réseau de Pelleterie, commerce de fourrures) depuis le Canada et les États Unis où la population de Castors est très nombreuse.

Ce commerce visait à fournir à la France les peaux de Castors Canadien, pour répondre à la demande des fourreurs, et chapeliers.

HBC chapeau en feutre de castor

Dans les années 1730, ces peaux faisaient l'objet de troc entre les chasseurs et les commerçants. Les peaux pouvaient être échangées contre des objets (bouilloire, couteaux etc.), des vêtements (chemises, couvertures, chaussures), de la nourriture (sucre, alcool etc) ou contre des armes (pistolet, fusil). 4 peaux pour un pistolet. 12 peaux pour un fusil.

La Compagnie de la Baie d'Hudson, créée en 1760 est la plus vieille compagnie canadienne de traite de fourrures. Entre 1853 à 1877 cette Compagnie a vendu trois millions de peaux de castor. Cette société existe toujours de nos jours, mais elle s'est diversifiée.

Ces peaux de Castors sont encore utilisées de nos jours, car le Castor est toujours chassé au Canada. Les populations de Castors étant très nombreuses au Canada, les autorités permettent toujours leur chasse, ceci afin de "restreindre" leur population.

La viande du Castor

Castor au bord de l'eau

La viande du Castor est très riche en acides gras, en protéines, ainsi qu'en vitamines B1, C, en Calcium, Magnésium et Potassium. Ainsi sa viande, son foie, sa queue et ses pattes sont ils encore consommés dans plusieurs parties du Monde.

Introduit en 1946 en Argentine et au Chili, où il est maintenant considéré comme invasif, de nombreux plats ont été crées à base de cette viande. Une façon de limiter leur surpopulation.

L'irrésistible parfum du Castor !

Le castoréum ! Cette sécrétion huileuse, de couleur jaune, brun, est fabriquée par les glandes annales situées dans l’abdomen du castor, au niveau de son postérieur. Cette sécrétion, le Castor l'utilise pour marquer son territoire, mais aussi pour imperméabiliser son pelage.

Mais pour les humains, c'est surtout une odeur sensuelle, sauvage, qui vaut la peine d'être récoltée et utilisée ! Quitte à tuer pour obtenir cette précieuse fragrance !

castors au travail

Ce liquide sirupeux, auquel à priori, personne n'aurait du prêter attention, à pourtant rencontré un franc succès, et ce depuis l'Antiquité ! Avec son odeur et son goût de vanille, de fruits secs, de cuir, de fumée, et sa composition spécifique, ce liquide a trouvé bon nombre d'utilisations.

Utilisation du castoréum

En médecine

On retrouve du castoréum dans de nombreux remèdes jusque dans les années 1700.

  • Les Romains pensaient que cette huile, quand elle était brûlée, était susceptible de provoquer une fausse couche.
  • Paracelse (personnage haut en couleur mais médecin totalement controversé), le prescrivait pour lutter contre les crises d'épilepsie.

Si ces remèdes sont aujourd'hui bannis de nos pharmacopées, il n'en reste pas mois que le castoréum contient de l'acide salicylique (comme l'aspirine). La présence de cet acide serait dû à l'alimentation du Castor, très friand de saules (la molécule d'acide salicylique était extraite de l'écorce de saule blanc). Cette molécule utilisée dans de nombreux médicaments est de nos jours totalement artificielle.

En alimentation

Le castoréum est aussi utilisé en alimentation. Comme additif dans les confiseries. Comme réhausseur de goût dans la composition de la saveur naturelle de vanille, mais pour la saveur framboise ou fraise. Il est aussi utilisé pour parfumer certaines cigarettes.

En parfumerie

Le castoréum avec sa note cuir très marquée, est toujours utilisé par les parfumeurs. Mais la plupart utilisent sa version synthétique (suite à l'interdiction obtenue par le WWF concernant son utilisation naturelle).

castoreum

Utilisé pour ses notes chaudes de cuir, ses notes fruitées de prune, d’olives noires et de fruits secs, vous pouvez retrouver cette fragrance dans des parfums très connus comme "Magie noire" de Lancôme, "Arpège de Lanvin ou "Opium" de Yves Saint Laurent.

Le castoréum (naturel) était donc utilisé pour la fabrication de parfums chyprés, orientaux, ou masculins. Il est d'ailleurs toujours utilisé, sous sa forme naturelle, dans certaines parties du Moyen Orient.

Heureusement pour le Castor, l'utilisation de cette sécrétion, a été interdite par le WWF. Car pour l'obtenir, il fallait d'abord tuer l'animal, puis broyer ses glandes annales.

La plupart de ces matières animales, largement utilisées par les parfumeurs, valent des milliers d'euros. Le castoréum, par rapport à l'ambre gris par exemple, ne vaut pas très cher. Comptez environ 500 à 700 € le kilo pour le castoréum, d'où son utilisation très répandue durant de nombreuses années.

Les animaux, dont le Castor, ont payé un lourd tribut à la Parfumerie : Ce que le parfum doit aux animaux

Petite histoire du Castor

Petit histoire du Castor, ou plutôt du "Bièvre" ou "Bièvres" (avec ou sans S l'origine est la même) . Car avant de se nommer Castor, c'est par le nom de Bièvre qu'il était désigné. Ce nom vient du gaulois "bebros" qui signifie Castor.

Son nom scientifique est "Castor fiber". Il fait partie de la famille des Castoridae. Une famille de rongeurs que l'homme n'a pas épargné. La plupart des espèces qui composait cette famille ont aujourd'hui totalement disparu.

Ce nom est porté par la rivière "la Bièvre". Celle ci prends naissance à Guyancourt, traverse plusieurs départements et villes d’Ile de France sur 35kms, et court jusqu'à Paris.

Blason de la ville de Bièvres (Essonne)

La ville de Bièvres (dans l'Essonne 91) porte aussi l'ancien nom du Castor. Celui ci figure sur le blason de la ville

En France plusieurs rivières (en Moselle, Isère, Ardennes et Loir et Cher, et plusieurs villes ( Aisne, Ardennes) portent ce nom.

Mais si l'on retrouve son nom ici et là en Ile de France, point de Castor en vue ! Et ce depuis de nombreuses années. Ou plutôt depuis plusieurs siècles, puisque le Castor a totalement disparu d'Ile de France dans les années 1800

L'Association de protection de l'environnement " Les amis de la Vallée de la Bièvres" a pour emblème ce rongeur. Cette Association a pour vocation de protéger, mettre en valeur le patrimoine naturel, culturel et architectural de la Haute Vallée de la Bièvre. De Guyancourt à Verrières-le-Buisson, et de ses environs. Dont le Plateau de Saclay, qui est aujourd'hui très impacté par les activités humaines (constructions, avions, autoroutes, métro)

Castor ou Ragondin ? Deux espèces à ne pas confondre.

Références :

AHPNE / Encyclopédie Canadienne / CBH / Gvrt Canadien / ARB / Conférence Paul HUREL (animateur du réseau Castor) / Ecotree /

Les Jardins de Mélusine

La Biodiversité, quelle aventure !

Voir tous les articles de Les Jardins de Mélusine →
error: Content is protected !!
%d